Ah 2012.

A ce qu'il paraît c'est la fin du monde (dixit le clochard qui le crie dans la rue en poussant son caddie). Pas tout de suite, mais on a au moins jusqu'à la fin de l'année.

Mais comme j'en ai rien à branler et que surtout j'y crois pas, on a décidé, ma dulcinée et moi même, de bien commencer l'année en expérimentant les cacas bombes et autres contrariétés.

Alors ouais ok, je t'entends d'ici me dire "mais comment on peut faire ça, le monde part en couilles, Leprechaun va faire un doublé, y a encore un reportage sur Jean Dujardin, le mec de Laure Manaudou s'est fait niqué par son frère pour les JO, Ariane Massenet est encore au Grand Journal etc etc" mais en fait, je m'en bas les couilles de lutin, j'ai jamais aimé suivre les tendances.

Donc, je fais un revival de mes 25 ans, je dors en moyenne 4h par nuit, pas pour les mêmes raisons certes, mais avec un plus grand plaisir, la musique des boites de nuit est remplacée par des cris stridents, ma façon de danser rappelle la grâce rythmée d'un culbuto, les jets de liquide émanant du verre d'un trou du cul aviné ont été remplacé par des projections de lait à moitié digérées et l'odeur persistante de la transpiration est agréablement remplacée par celui de la voie lactée.

Là où c'est encore plus marrant, c'est que j'ai aussi trouvé un adversaire de taille en matière de pet, celui-ci étant complètement à l'aise en présence d'étrangers sur ce sujet, alors que moi je continue à feindre d'avoir chaud pour ouvrir la fenêtre et commettre mon forfait, technique généralement nulle puisqu'il est toujours difficile d'anticiper l'arrivée de la nauséabonde senteur qui se manifeste toujours au moment même où on se rassoit à son bureau par exemple.

Mais ce qui constitue ma plus grande joie, ce sont les moments à venir : parties de console endiablées, blagues du style de mettre de l'huile sur la lunette des chiottes en vue d'une glissade contre le mur en crépi ou de mélanger du chamallow avec la crème dépilatoire, ou encore planquer un verre en plastique plein d'araignées au-dessus de la porte pour que, quand maman arrive en courant pensant que le petit s'est blessé parce qu'il meugle, elle se le prenne en pleine tronche.

2012 n'est pas la fin du macrocosme qu'est le monde, c'est le début du microcosme qui est mon monde, avec le générique de One Piece en guise de bande originale et des journées passées à faire regretter à maman de ne pas avoir eu une fille.

Si t'en as déjà, tu sais de quoi je parle, si tu planifies d'en avoir, je te souhaite que ça t'arrive et si t'en veux pas, tu sais pas ce que tu rates mais faire un enfant, putain de sa mère c'est ça que c'est bon !!!

PS : il s'appelle Mady et je lui ai pas encore appris mais quand ce sera le cas, on te proposera une lecture simple qui se situe entre les lignes de l'index et l'annulaire en photo !!!